DIALOGUE AFRICAIN À L’ABBAYE DE FONFROIDE

OUSMANE SOW et FREDDY TSIMBA,

PORTEURS DE VIES

Dans le cadre imposant de l’Abbaye de Fonfroide, près de Narbonne dans l’Aude, vous pourrez admirer jusqu’au mois d’octobre 2021, une exposition particulièrement saisissante en hommage à Ousmane Sow: trois de ses oeuvres – dont deux inédites – auxquelles répond une grande oeuvre de Freddy Tsimba.
Dans l’église de l’Abbaye, les visiteurs pourront admirer le Nouba qui se maquille, Saint Jean-Baptiste et une œuvre en bronze : La mère et l’enfant.
Le côté apaisant et calme de ce pur joyau architectural permet réellement d’apprécier ces oeuvres d’Ousmane Sow et la grande cour carrée de l’Abbaye accueille judicieusement la sculpture écho de Freddy Tsimba entièrement réalisée avec des pièges à souris ouverts!

« La mère et l’enfant » et « Le Nouba qui se maquille » Ousmane Sow.
Photo:(c) Sylvie Maugis
« Le Nouba qui se maquille » Détails.
« La mère et l’enfant »
Photos: (c) Sylvie Maugis
Photos: (c) Sylvie Maugis
« St Jean Baptiste » Ousmane Sow.
Photo: (c) Sylvie Maugis
Feddy Tsimba à Fonfroide

Freddy Tsimba, artiste Congolais né en 1967, fut accueilli en résidence à l’Abbaye de Fonfroide en Septembre 2020 et y réalisa une œuvre en écho à un ensemble de sculptures d’Ousmane Sow.
« Ma vraie école, même si j’ai fait les Beaux-Arts de Kinshasa, c’est la rue où je me fournis en abondance. Mes maîtres ont été les forgerons auprès desquels pendant 5 ans j’ai appris la technique du feu et de la soudure.
Ma force me vient de mes œuvres. Je ne suis pas là pour séduire, je suis là pour témoigner.
Pour réaliser mes sculptures, je risque ma peau et elle n’a pas de prix. J’ai récupéré dix mille cartouches dans des zones difficiles pour réaliser mes sculptures mais combien en reste-t-il ? Des tonnes ! Et elles sont porteuses de l’histoire tragique de mon pays. Mon but n’est pas de faire un travail pour plaire à un groupe de gens qui ont de l’argent ! Ce serait me trahir. Est-ce que réellement l’artiste doit plaire ? S’il plait tant mieux mais s’il ne plaît pas et qu’il est dans le vrai, tant mieux aussi ! »

L’exposition est organisée dans le cadre d’IN SITU Patrimoine et Art Contemporain en Occitanie, portée par l’association Le Passe Muraille.

Sculpture hommage à Ousmane Sow
de Freddy Tsimba.
Photo: (c) Sylvie Maugis

Écoutez voir!

Quelques mots

sur cette abbaye…

L’abbaye de Fonfroide. Le cloître
Photo: (c) Sylvie Maugis

L’abbaye de Fontfroide est fondée en 1093, au cœur des Corbières.
En 1145, la communauté rejoint l’ordre de Cîteaux et ne cesse de se développer jusqu’au XIVème siècle. Au cours de cette période, devenant l’une des abbayes les plus puissantes en Europe, elle joue un rôle crucial lors de la Croisade contre les Albigeois. Un lent déclin s’installe ensuite. Après le dernier départ des moines en 1901, Gustave et Madeleine Fayet
rachètent Fontfroide aux enchères en 1908.
Des artistes, appelés les « fontfroidiens », participent alors à la renaissance et à l’art de Fontfroide, parmi eux Odilon Redon, Richard Burgsthal et de nombreux amis de Pablo Picasso dont Déodat de Séverac, Ricardo Viñes, Aristide Maillol, Manolo Hugue… Créant en ce lieu une forme de “Villa Medicis” particulière. L’abbaye de Fontfroide est empreinte en ses murs de riches témoignages de ces résidences, dont le monumental triptyque d’Odilon Redon “le Jour, la Nuit et le Silence” ( malheureusement non visible du public!) ainsi que les vitraux de Richard Burgsthal.

Vitrail de Richard Burgsthal.
Photo: (c) Sylvie Maugis

Avant de quitter ces lieux magiques, il faut s’arrêter dans la « Chapelle des Morts » pour faire connaissance avec l’artiste coréen Kim En Jong, qui réalisa en 2009 les vitraux et le tableau qui ornent cette chapelle.

Vitrail de Kim En Jong
Photo:(c) Sylvie Maugis
Tableau de Kim En Jong
Photo:(c) Sylvie Maugis
ABBAYE DE FONFROIDE
ROUTE DÉPARTEMENTALE 613
11000 NARBONNE

www.fonfroide.com