ESPACE GEORGE BRASSENS

L’Espace Georges Brassens à Sète. Photo: Dossier de Presse Espace G.Brassens.

L’amoureux des mots


C’est à Sète , pratiquement en face du cimetière où est enterré le chanteur, que l‘Espace Georges BRASSENS ouvrit ses portes en 1991.
En 2006, le musée s’agrandit et consacre aujourd’hui 800 mètres carrés à ce grand poète.
L’espace propose un parcours chronologique dans dix salles thématiques: « L’enfance à Sète », « De Sète à Paris », « Les cabarets », « Inspiration jazz », « Le plaisir des mots », « Poésie et musique », « Éloge de la femme », « L’homme de scène », « Brassens libertaire » et « Terminus gare de Sète ».
Un audiophone à l’oreille, cette visite ressemble à un entretien privé et, au fur et à mesure de ma progression dans l’univers de Brassens, je me sens devenir presque de ses intimes.

La scénographie est tout simplement magistrale : sensible, drôle et remarquablement documentée. Je parie que les plus fins connaisseurs du chanteur apprennent encore des choses!
Dans chaque salle, des films, photos, chansons, manuscrits, presse… Illustrent la thématique, et découvrent un aspect particulier de la vie de l’artiste.
Nous sommes accompagnés par la voix du chanteur dans l’audiophone, qui raconte son enfance à Sète, Paris et les débuts aux cabarets, son amour pour les femmes et celui, unique, pour sa compagne… Entre deux salles, une place est aménagée avec des bancs et, dès que vous serez assis, deux petits hauts parleurs diffusent « Les amoureux sur les bancs publics »: savoureux!

La Covid obligeant, la jauge est très minime dans l’Espace et je me prends à fredonner, à danser et à rire dans des salles quasi vides!

Vers la fin de la visite, installés dans une petite salle de projection, nous pourrons voir le très beau documentaire de François Chatel sur un tour de chant de Georges Brassens à Bobino.
Quelle jubilation de voir l’oeil pétillant, le sourire mi-amusé du chanteur et son émotion intense quand la salle applaudit frénétiquement et que le réalisateur fait un gros plan sur Raymond Devos hilare ! Pour ma part, j’avais la gorge serrée… Car je réalise que je ne l’ai jamais vu sur scène et que c’est trop bête d’avoir loupé ça…
J’ai pu admirer Claude Nougaro et Jacques Higelin : des moments magiques inoubliables!
Allez applaudir vos chanteurs préférés, c’est un précieux partage: il y a peu je suis allée écouter Michel Jonasz au Domaine d’O à Montpellier…
On prend conscience que l’on connaît tout son répertoire…
À un moment du spectacle il chante « Super nana » …
Alors, le public applaudit, chante la chanson, se lève… L’artiste salue…
Et la salle entonne: « Super Jonasz ».. Là, il revient, étonné, ému et son pianiste filme la salle, tous et toutes debout …

SACREBLEU ET CORNEGIDOUILLE … QUELS BEAUX MOMENTS!

Espace G.Brassens. Salle 2: « De Sète à Paris ». Photo Dossier de Presse Espace Georges Brassens
Espace G.Brassens. Salle 6: « Poésie et musique ». Photo Dossier de Presse.
Espace G.Brassens. Salle 9: « Le libertaire ». Photo Dossier de Presse

Brassens: sa vie, son oeuvre 🙂

Que dire de nouveau sur Georges Brassens, à part qu’il a eu la très mauvaise idée de mourir pendant que j’accouchais, en Octobre 1981!
On sait tout ou presque tout sur lui …
J’ai envie de m’arrêter un peu sur l’engagement politique du chanteur, car la salle consacrée à ce thème est un peu étriquée à mon goût, alors que son militantisme, pour moi, sous-tend toute son oeuvre.
Georges Brassens fut un militant anarchiste « actif » (contrairement à Léo Férré, qui – lui – choisit de rester un « sympathisant », et aida financièrement le mouvement anarchiste en donnant des concerts de soutien).
Georges Brassens rejoint la Fédération Anarchiste en 1946.
Il participait aux réunions du groupe anarchiste de son quartier du XV° arrondissement de Paris, dont il fut secrétaire à un moment, payait sa cotisation, comme les autres militant.es, et écrivait dans le journal « Le Libertaire » où il fut aussi parfois correcteur.
Comme beaucoup de contributeurs au journal de la Fédération Anarchiste, et/ou à Radio Libertaire plus tard ( dès 1981..) le chanteur écrivait sous un pseudo. (Non qu’ils/elles ne revendiquent pas leurs engagements, mais certain.e.s juste pour rire et d’autres pour les préserver d’éventuelles violences émanant de mouvements et/ou d’individus d’extrême droite!)
Dans ses articles, il va pouvoir exprimer différemment les thèmes de ses chansons: anti-cléricalisme, anti-militarisme, défiance de la police (« la maréchaussée ») , dégout de la justice…
Il participera également régulièrement à l’écriture du bulletin de la CNT (Confédération Nationale du Travail) syndicat anarcho-syndicaliste.
Quand Georges Brassens fut moins actif, il resta néanmoins proche du mouvement anarchiste en participant à des concerts de soutien pour la presse libertaire.
« L’Anarchie est pour moi une philosophie et une morale dont je me rapproche le plus possible dans la vie de tous les jours, j’essaie de tendre vers l’idéal. L’anarchisme, ce n’est pas seulement de la révolte, c’est plutôt un amour des hommes. La révolte n’est pas suffisante, ça peut mener à n’importe quoi, au fascisme même. »
« Je suis anarchiste au point de toujours traverser dans les clous afin de n’avoir pas à discuter avec la maréchaussée! »

La visite de l’Espace se termine par la petite librairie, où vous pourrez trouver de belles photos, affiches, boîtes à musique, CD et DVD…

Hall Librairie Espace Georges Brassens à Sète. Photo Sylvie Maugis.

Le 30 Octobre 1981, à l’age de soixante ans, Georges Brassens décède des suites d’un cancer.
Il est enterré au cimetière de la Py à Sète, le cimetière des pauvres, comme il disait… À quelques mètres du carré militaire… Humour noir?
Et, comme il l’avait souhaité, un pin a été planté derrière sa tombe et ce bel arbre le protège de son ombre !
Tous les ans, fin Octobre, des files de gens viennent lui rendre hommage, en déposant des mots, des fleurs, des pipes, des briquets…

La tombe de Georges Brassens. Cimetière de la Py . Sète
Photo: Sylvie Maugis
Hommage anonyme. Tombe de Georges Brassens.
Cimetière de la Py . Sète.
Photo Sylvie Maugis.
Le podcast du Curieux


Voici le lien de la bande annonce de la réouverture de l’Espace Brassens après confinement: une sympathique réussite !

Pratico Pratique

L’ESPACE GEORGES BRASSENS est situé au
67 bd Camille Blanc à Sète ( Hérault)
Ouvert tous les jours de 10 h à 17 h.

Le Cimetière de la Py est un petit plus bas sur ce même boulevard.

Dédicace

Je dédie cette page à mon ami d’enfance Roland DYENS, grand guitariste, concertiste et professeur au Conservatoire de Musique de Paris, qui nous a quitté lui aussi une fin de mois d’octobre, à l’age de soixante et un an….

Roland avait enregistré deux CD de chansons françaises et, dans le volume 2, il y interprète: « La ballade des dames du temps jadis » de G.Brassens:

Pochette du CD de Roland DYENS: « Chansons française volume2. »