SALVADOR DALI

DALI intime à Portlligat

Depuis très jeune ado, j’ai toujours été attirée par le surréalisme…
Je me trouve incapable de mettre des mots sur ce ressenti.
Magritte, Dali, Miro, Ernst et Mallarmé ont été mes premiers émois artistiques… Peut-être cette possibilité offerte d’être accompagnée dans mes rêves? Ou l’incapacité de pouvoir s’exprimer?
Les peintres surréalistes sont tous des « personnages » au sens théâtral du terme, et Salvador Dali une icône…
Mon séjour en Catalogne – à Figueres et Portlligat – ont totalement modifié mon regard sur cet homme incroyablement exaspérant et qui se trouvera finalement si proche de moi… Ou dont je me trouve finalement si proche?

Dans cette fastueuse résidence de Portlligat, proche de Cadaquès en Espagne, le peintre surréaliste Salvador DALI ( 1904-1989) a travaillé régulièrement jusqu’au décès de sa femme Gala en 1982.
Ils s’y installent dans les années 30, fasciné.es par la lumière et par le calme de ce petit port catalan. Pendant quarante ans, il va construire petit à petit son lieu de vie et de création, avec l’aide de quelques habitants du village, heureux de voir s’animer cet endroit isolé et curieux de rencontrer cet étrange personnage, qui se montre si chaleureux et amical.
« À chaque nouvel élan de notre vie correspond une nouvelle cellule, une nouvelle pièce » disait-il …
Quand un journaliste s’étonne de ses participations à des films publicitaires (pour rappel celles des chocolats Lanvin) il lui montra d’un geste ample, une main posée délicatement sur le pommeau de sa canne, une aile de la maison et lui répondit juste: « Pour cela ».

Dans cette maison extra-ordinaire, il aménagera plusieurs espaces:
Les espaces intimes de leur vie de couple, au rez de chaussée, où Salvador avait installé dans la chambre un jeu de petits miroirs pour que les premiers rayons du soleil viennent l’éveiller le matin et où Gala tressait des couronnes d’immortelles pour décorer le faîte des armoires… Émouvant contraste que ces vestiges d’une vie simple, quand on connaît les côtés fantasques du peintre!

Petit salon des Dali à Portlligat
La chambre des Dali à Portlligat

L’atelier où l’artiste passait de longs moments de travail et de réflexion, les yeux perdus vers la mer qu’il voyait de la fenêtre percée derrière son chevalet. Un étrange système de « passe-plats » permettait de faire descendre les tableaux au sous sol près de la rue!

L’atelier de Salvador DALI, et son dernier tableau inachevé…

Et les espaces extérieurs comme l’oliveraie, le pigeonnier, la piscine et les cours, plus spécifiquement tournés vers la vie publique et dont la décoration ressemblait bien à ce que les journalistes et autres hôtes attendaient de Dali…

L’oliveraie de la maison Dali
Mur d’enceinte
La piscine de Dali
Près de la piscine..
Une toiture
« Gala » le bateau des Dali

Photos: Sylvie Maugis et Christian Avenel.

DALI et « L’Angélus » de Millet

Lors de ma visite à Portlligat, j’ai appris une bien étrange histoire…
Salvador Dali était très intrigué par le tableau de Jean-François Millet « l’Angélus » ( 1857).
Dans ce tableau, deux paysans ont déposé leurs outils pour prier, alors que l’on imagine l’angélus sonner au loin.
À leurs pieds se trouve une corbeille de fruits…

« Angélus » J-F Millet 1857

Or, Salvador Dali était très agacé par cette corbeille qu’il jugeait totalement anachronique dans ce tableau, car pourquoi prier au-dessus d’une corbeille de fruits?
Grâce à sa notoriété de peintre, il obtint de faire réaliser par le Louvre un scanner du tableau original… À ses frais!
La radiographie révéla que sous la couche de peinture qui représentait la corbeille de fruits, s’était trouvé à l’origine du tableau, un caisson noir, que Dali interprète comme un cercueil d’enfant..
Visionnaire de génie!
Plus tard, Dali applique son procédé d’interprétation « paranoïaque critique » à ce même tableau de Millet et y lit une symbolique érotique ( la fourche plantée, le chapeau de l’homme qui cacherait son érection etc.) Je vous conseille la lecture de son ouvrage: « Le mythe tragique de l’Angélus de Millet » écrit en 1938 et paru en 1963…

DALI théâtral à Figueres

La façade du Théâtre-Musée Dali à Figueres

Au théâtre-musée de Figueres toute l’excentricité du peintre explose! Construit sur les vestiges d’un ancien théâtre, ce musée présente la plus belle collection d’oeuvres de Salvador Dali.
L’artiste y a absolument TOUT conçu, jusqu’au moindre détail, pour nous plonger entièrement dans son univers surréaliste… Même la place de son tombeau dans la grande salle du rez-de-chaussée!
A ce propos, je ne peux m’empêcher d’exprimer un réel sentiment de dégoût, quand, en 2017, une illuminée a revendiqué être la fille de l’artiste et que le tribunal, sans aucun élément de preuve, a ordonné l’exhumation du corps de Dali…
Obligés de fermer le musée au public en plein mois de Juillet, puis de recouvrir la verrière pour éviter les indiscrétions d’éventuels drones, de soulever une pierre d’une tonne et demi, les spécialistes ont donc ouvert le cercueil clos depuis près de 30 ans… Le corps embaumé présenta les moustaches absolument intactes de l’artiste et les prélèvements donnèrent tort à la cartomancienne …
Quelle tristesse!

Le dôme verrière
Détail du Dôme
La grande cour
La grande cour
Mur de la cour

Décors, installations, galeries… Pendant plusieurs heures, sur trois étages, vous allez oublier l’extérieur et le quotidien… Là, rien pour s’accrocher à la réalité: trompe-l’oeil à foison, délires de couleurs, formes détournées, perspectives déformées… Retenez votre respiration…
Plongez!

Le seul petit bémol que je mettrais à cette visite intense est l’autorisation de faire des photos…. Certes, cela me permet de vous faire partager ma passion, mais j’ai vu quelqu’un se poser tranquillou entre un tableau et moi pour canarder l’oeuvre avec son smartphone et passer au tableau suivant… En courant!

Dernier petit moment subtilement « bling bling« : l’exposition permanente « DALI BIJOUX » à une centaine de mètres du Théâtre-Musée.
Trente neuf bijoux en or et/ou pierres précieuses, mis en scène par l’architecte Oscar Tusquets qui magnifie ces petites merveilles dans une ambiance mi-sombre, accompagnées des dessins-esquisses de ces bijoux que Dali a réalisé entre 1941 et 1970.

Une rue de Figueres

Photos Dali à Figueres: Christian Avenel

Il ne vous sera pas forcément aisé d’aller en Espagne par ces temps de pandémie!
En France, deux lieux étonnants vous permettront d’admirer l’oeuvre du peintre:

DALI privé à Paris

Devanture de la galerie « DALI PARIS »

Dans la galerie « DALI PARIS » – dans le quartier Montmartre à Paris – on peut découvrir des oeuvres totalement inédites, provenant de la collection Beniamino LEVI, grand collectionneur et marchand de Salvador DALI.
« Le génie de Dalí déborde largement du cadre classique de l’art. Préfigurant l’époque contemporaine, il s’invite à toutes les nouvelles voies de la création : le design, l’édition, la mode, le théâtre et le cinéma, la publicité. Chaque fois une rencontre déterminante, Albert Skyra, Elsa Schiaparelli, Alfred Hitchcock, Jacques Daum, l’encourage à créer des formes innovantes.
Tout au long de l’exposition, il est question de formes et de déformations, d’abstraction et de matière en fusion : la métamorphose des objets dans les toiles du peintre, comme les « formes mobiles de ces rochers immobiles » du Cap Creus, trompent les sens du spectateur. L’illusion dans la peinture de Dalí rend le visible invisible et l’invisible visible.
L’architecte-scénographe Adeline Rispal redessine les volumes du musée et imagine une scénographie qui dévoile un aspect essentiel de la créativité de Dalí en racontant les multiples facteurs historiques, humains, techniques, esthétiques, qui concourent à l’élaboration d’une collection. » Texte: Galerie DALI PARIS

En déambulant dans ce très bel espace clair , j’ai découvert des illustrations de Dali pour « La Divine Comédie » de Dante et pour « Alice au pays des Merveilles » de Lewis Caroll.
J’ai vu des sculptures méconnues aussi, mon éléphant préféré
et bien d’autres merveilles, commandes d’éditeurs, de ministères, de Musées…
J’ai été charmée par la simplicité aimable des collaborateurs de la galerie qui ont répondu à nos questions – parfois très naïves – sur l’historique des oeuvres en vente, sans mépris et sans condescendance… Rare!

DALI PARIS
DALI PARIS
DALI PARIS
DALI PARIS
DALI PARIS
Un grand merci à la galerie
DALI PARIS pour les textes et les
photos de Marc DOMAGE

DALI en immersion
aux Baux de Provence

L’affiche de l’exposition immersion aux Baux de Provence

Au Sud de la France, près des Baux de Provence, les CARRIÈRES DE LUMIERES présente une installation vidéo à partir de l’oeuvre de Salvador DALI et GAUDI, intitulée : «  Dali, l’énigme sans fin ».
Réalisation: Gianfranco Iannuzzi, Renato Gatto, Massimiliano Siccardi. Collaboration musicale de Luca Longobardi.
« À travers un parcours thématique, le visiteur se promène dans des paysages surréalistes et métaphysiques et se retrouve au coeur des oeuvres surprenantes de l’artiste à l’imagination débordante. Exposées à travers le monde (Fondation Gala-Salvador Dalí à Figueres, Dalí Museum en Floride, Musée Reina Sofía à Madrid, MoMA à New-York…) ces œuvres, aux multiples niveaux de lecture, illumineront les Baux-de-Provence. Déployées et animées sur le sol et les murs jusqu’à 16 mètres de haut, elles laissent apparaître les détails des coups de pinceau, des traits et des jeux de matières. Peintures, dessins, photographies, sculptures, gravures, films et images d’archives rappellent la personnalité unique du peintre à la moustache célèbre mais également ses obsessions pour l’étrange et le surnaturel ainsi que sa fascination pour sa femme Gala, sa véritable muse. »
Texte: Culturespace.

L’expérience des immersions proposées par « Culturespace » aux Carrières de Lumières (ou aux Ateliers de Lumières à Paris et aux Bassins de Lumières à Bordeaux) est un moment difficilement descriptible! J’essaye quand même….

Les Carrières des Baux de Provence

Dans les immenses carrières des Baux de Provence, qui servirent de décor à Jean Cocteau pour « Le testament d’Orphée » en 1978, une centaine de vidéoprojecteurs retranscrivent des images sur 7000 mètres carré de sol et de parois de pierre…
Certains tableaux s’animent et une musique ( en l’occurence pour Dali, les Pinks Floyds) nous enveloppent entièrement pendant une quarantaine de minutes (en boucle). Puis une projection court métrage prend le relai ( Dans « Dali, l’énigme sans fin », sur Gaudi ).
Quand on rentre pour la première fois on est pris d’une sorte de vertige, tant l’espace est monumental et totalement recouvert d’images éblouissantes! On s’habitue lentement à l’espace, au temps, aux lumières, pour se promener dans les oeuvres présentées…
On monte des escaliers pour embrasser une vision d’ensemble, on redescend pour regarder de plus près l’animation d’un détail de tableau, on s’arrête un peu, on repart … Marche avant, marche arrière… On se sent faire partie des oeuvres, c’est ennivrant!
On se prend d’envie de courir comme les gosses et on n’ose pas… Oh! Et puis si… Et même danser un peu…
Quand la projection se termine, je me retrouve un peu assommée et le coeur un peu serré, je me dirige vers la sortie… NOOOON! …. J’y retourne!

« Dali, l’énigme sans fin »
« Dali, l’énigme sans fin »
« Dali, l’énigme sans fin »

Photo: Dossier de Presse Culturespaces.

« Dali, l’énigme sans fin »
« Dali, l’énigme sans fin »
« Dali, l’énigme sans fin » : GAUDI.

Photos: Sylvie Maugis

Le Curieux lit…

« Le DALI de DRAEGER » de Max Gerard.
Draeger est un imprimeur français qui met un soin particulier aux publications d’oeuvres peints. Un ouvrage magnifique!

« DALI. L’Oeuvre peint » de Robert Descharnes et Gilles Neret
Ed. TASCHEN
Indispensable et très accessible tant par le contenu que par le prix
( 15 euros le pavé!)

« Le catalan immortel »
Hors série hommage du journal « L’Indépendant ».
Très bien documenté et intéressant… Sauf quand ils parlent de DALI « anarchiste », ce qu’il n’a jamais été !

« Salvador DALI, Pensées et anecdotes » Ed. Cherche Midi.
SA-VOU-REUX!!
Quelques extraits:
« Autour de Dali, tout est vrai sauf moi »,
« L’unique différence entre un fou et moi,
c’est que, moi, je ne suis pas fou »
etc. etc. etc.
À consommer sans modération!

Les p’tits curieux lisent aussi

« DALI » Ed. Quelle histoire
« Livre d’activités Dali » Ed. Palette
« Comment parler de Dali aux enfants » de S.Andrews.



Pratico Pratique

Maison Musée à Portlligat. 10h30 à 18 h
Théâtre Musée et Dali Bijoux à Figueres. 9h à 18h et à 20 h l’été.
www.salvador-dali.org
Dali Paris. 11 rue Poulbot 75018 Paris. 10h à 18h30 ts les jours.
www.daliparis.com
Les Carrières de Lumières

Sur la D27 13520 Les Baux de Provence. 9h30 à 19 h.
ww.carriere-lumieres.com

Film curieux: la publicité de la marque Lanvin par Salvador DALI !

Curieuse dans l’oeuf de Dali à Portlligat

Vous pouvez joindre Le Curieux: lartdetrecurieux@gmail.com
ou laisser un commentaire sur cette page!