La VILLA MÉDICIS Rome

Rome vue de la terrasse de la Villa Médicis

Si vous avez pris des vacances et si vous avez du boulot, aujourd’hui
vous retournez surement au travail, masqué.es…
Pour prolonger un peu cet été pas comme les autres, le Curieux vous emmène rêver à Rome en visitant la villa Médicis!

La façade arrière de la villa Médicis

Un peu d’histoire…

Ce palais renaissance, qui abrite l’Académie de France à Rome, est propriété de l’État français.
Créée en 1666 par Colbert, sous Louis XIV, l’Académie de France à Rome – Villa Médicis a pour mission d’accueillir des artistes et des chercheurs pour leur permettre de poursuivre sereinement leurs travaux, études et recherches.
Ingres, Berlioz, Carpeaux, Debussy ou encore Garnier, entre autres, y ont séjourné…
La Villa est aujourd’hui ouverte internationalement à tous les champs de la création artistique, de l’histoire et de la théorie des arts, ainsi qu’à la restauration des œuvres d’art et des monuments.
Le parc de sept hectares est planté de pins qu’il faut maintenant « démonter » un par un, car ils tombent de vieillesse ! Crève-cœur pour tout le personnel, car ces pins assuraient la symétrie élégante des jardins, parfois depuis plusieurs siècles…

Un pin du jardin de la Villa Médicis

Résidence d’artistes

La villa Médicis est un lieu de résidence de jeunes artistes déjà engagé.es dans la vie professionnelle, pour un an ou deux maximum (restrictions budgétaires obligent : il y a encore peu le séjour durait 4 ans!), sélectionnés par concours – sur un projet précis – chaque année.
Une quinzaine d’artistes y séjourneront cette année, dégagés de tous soucis matériels, voire avec leurs familles.
Elles et ils sont plasticien.nes, scénaristes, auteur.es, historien.nes d’Art, auteur de BD, photographes, compositeurs, architectes, designers…
« Logés-nourris-blanchis », ils disposent d’un atelier et n’ont pas obligation d’offrir leur œuvre en partant…
Un rêve… !
Pour infos : Les jurys des résidences se réunissent chaque année en juin. La limite de dépôt des candidatures est fixée fin mai.

André Malraux (Ministre de la Culture de 1959 à 1969. « Père » de la décentralisation, il est à l’initiative du statut des intermittents, qui a permis à un grand nombre d’artistes de cinéma et de de théâtre de pouvoir vivre correctement entre deux contrats…) confiera au peintre Balthus la mission de rénover et réactiver la Villa…
Frédéric Mitterand (neveu de François et lui aussi Ministre de la Culture de 2009 à 2016) y assurera également la direction plusieurs années.
Depuis peu , et après un long moment sans direction, c’est Sam Stourdzé, qui vient d’être nommé par le gouvernement français.

S.Stourdzé

Lui même pensionnaire à la Villa Médicis en 2007-2008, spécialiste de l’image et commissaire d’expositions, il a dirigé le festival de photographie « Les Rencontres d’Arles » depuis 2014.

Entrons dans ce lieu mythique…

Dès l’entrée dans la villa, l’ambiance « rêve et mystère » saisit doucement, même si – comme partout à Rome – sont stationnés à l’entrée les carabinieri et l’armée italienne. (Qui ont souri quand je leur ai demandé si c’était l’armée française ou italienne… Mais moi… J’aime savoir où passent mes impôts!)
Le personnel est d’une gentillesse au delà du commercial et parle français avec cet accent italien si glamour.
En attendant la visite guidée en français, direction la caffetteria/ristorante « Colbert » accessible au public sans billet d’entrée .
… « Mamma mia ! » … Saisissant : feutré, sobre… Une terrasse dans un jardin planté de plusieurs espèces de citronniers, les caffè gelato trop bons et une vue époustouflante sur Rome.
Tiens… Toutes les statues masculines sont émasculées… Pas de zizis dans ton martini!

La caffètteria du restaurant Colbert
Le jardin de citronniers de la terrasse du restaurant Colbert.

La visite est une déambulation tranquille dans la villa par l’escalier en colimaçon auto-porté…
Notre jeune guide – étudiante française en histoire de l’Art à Rome – nous raconte avec enthousiasme l’aménagement et les transformations successives des chambres et des appartements par les différents directeurs, les meubles rares et les oeuvres offertes par les résidents de tous les temps, puis nous fait découvrir les terrasses, les jardins aux mille recoins perdus, les pavillons aux plafonds peints où sont entreposées des œuvres …
« Magica parentesi della cultura francese » *

L’escalier en colimaçon auto-porté

Déambulation dans le jardin…

On ne peut malheureusement pas visiter les ateliers d’artistes le jour de ma venue…
Je m’amuse donc à me perdre dans les allées, j’entre sur la pointe des pieds dans les pavillons au fond du parc pour admirer les plafonds peints et les oeuvres qui semblent un peu délaissées, je contourne les fontaines pour revenir sur l’esplanade arrière de la Villa…

Tout est BEAU!

Fontaine du Parc
Une allée…
Au fond du jardin….
Plafond d’un pavillon du Parc.
Étude de plâtre
Scène champêtre cachée dans le jardin!
Façade arrière et esplanade de la Villa Médicis
Pratico-Pratique

Villa Médicis : Viale della Trinità dei Monti. Rome
Visites guidées en français plusieurs fois par jour. (6 et 12 euros )
La visite des ateliers des artistes n’est possible que certains dimanches.
La Villa propose aussi des programmations autour de la culture française toute l’année :https://www.villamedici.it/fr/en-ce-moment-a-la-villa-medicis-2/

* » Parenthèse magique de la culture française »

Photos: Sylvie Maugis