PARIS EN DÉCEMBRE…

LA VÉRITÉ SUR LES « FAKE-NEWS »

Exposition sur les « Fake-news » à la Fondation EDF.

Ne manquez sous aucun prétexte cette remarquable et indispensable exposition proposée par la Fondation EDF: « FAKE NEWS: Art Fiction Mensonge »

En sollicitant une quarantaine d’artistes plasticiens et/ou vidéastes pour s’exprimer sur les Fake-News, cette exposition inédite nous entraîne vers une réflexion parfois drôle et souvent dérangeante à propos de la manipulation de l’information, du rôle des médias et des réseaux dits « sociaux » et de nos petits arrangements personnels avec ces fléaux!

Vrai ou faux ? Nous sommes tous spectateurs et acteurs au quotidien de la prolifération des fake news via Facebook, Twitter, Instagram et bien d’autres plateformes ou réseau social.
L’exposition décrypte les mécanismes de création et de diffusion d’une fake news et propose d’acquérir des méthodes et astuces permettant d’enrayer leur diffusion et d’échapper aux manipulations en tout genre, tant politiques, économiques, que sociales.

« 1° Avril » de Marie Morelle (photo Fondation EDF)

Autour de trois thèmes: Fabrication / Diffusion / Risques et Remèdes
l’exposition convoque les dessins, peintures, sculptures, installations, photos et vidéos d’artistes qui jouent avec les représentations du monde pour initier les visiteurs, et particulièrement les plus jeunes, aux enjeux contemporains de l’infox. Entre authenticité et inventivité, réalisme et onirisme, l’exposition fait vaciller nos croyances et notre perception du réel et se joue de nos esprits crédules.

Entrée de l’exposition

Fake News?
En 2017, le terme « fake news » a été élu « mot de l’année » par le Collins Dictionary avec un usage de plus de 300 % en une année. Ces maux sont symptomatiques de bien des difficultés à s’informer à l’heure d’Internet et des réseaux sociaux : la fausse information non dénuée de volonté de nuire d’un côté ; le trucage minutieux de vidéos de l’autre…
Aujourd’hui, de très nombreuses « infox », extrêmement virales, sèment ainsi le trouble dans l’esprit du public. Des scientifiques ont-ils créé le coronavirus ? Hilary Clinton est-elle mêlée à un trafic d’enfants basé dans une pizzeria de Washington ? Les vaccins transmettent-ils l’autisme ?
Tout cela est faux et démontré par des journalistes vérificateurs. Cependant, le public, lui, peine à se défaire de ces idées fabriquées de toutes pièces. La force de ces désinformations de masse : elles simplifient à outrance la compréhension du monde, tout en elles conforte les croyances, instincts primaires et idées reçues.

Une salle de l’exposition

Toutes les propositions des artistes sont imaginatives et éducatives et il est difficile d’en préférer une… Parmi les oeuvres qui m’ont le plus attirée, outre tous les dessins humoristiques très mordants de l’entrée, il y a les cages blanches avec un petit oiseau bleu de Twitter à l’intérieur… Sur chaque oiseau est accrochée une fake délirante:  » Georges Clooney a été hospitalisé après une over-dose de caféine » ou « Le Gouvernement va taxer les bénéfices du doute« …

Encoreunestp: « Noti Tweety 2.0 »
Bonil : « Équateur »

Plus loin, dans une petite salle de projection, Felipe Vilas-Boas nous propose  » Le poinçonneur de l’IA » : une installation multimédia avec un karaoké parodique sur la musique de « Le poinçonneur des Lilas » de Serge Gainsbourg, avec des paroles sur les « fermes à clics » où des gens sont embauchés pour créer et diffuser des fakes.

« J’fais des clics, des p’tits clics, encore des p’tits clics
J’fais des clics, des p’tits clics, toujours des p’tits clics
Des clics pas très classes
Des clics sur vos traces »

Etc.

On rit jaune et on s’étrangle avec les paroles… Restons cyniques pour ne pas devenir cinoques!

UNE MAQUETTE FILMÉE SUR UN FOND VERT, UN LOGICIEL D’INCRUSTATION,
UN PEU DE FUMÉE….
…. ET VOILÀ UNE SCÈNE DE GUERRE!
Une création d’Alain Josseau

Pierre Kroll: « Coronavirus: rumeurs, complots »
Ale+Ale: « Interrupteur »
LA SOLUTION POUR RÉSISTER AUX FAKES?

PODCAST

Nathalie BAZOCHE, responsable du développement culturel à la Fondation EDF, nous parle de l’exposition:
« Fake news Art Fiction Mensonge »:

En pratique…

L’exposition se tient à la Fondation EDF, 6 rue Juliette Récamier
75007 PARIS, (Métro: Sèvres-Babylone)
du mardi au dimanche de 12h à 19 h
(sauf jours fériés) jusqu’au 30 janvier 2022
Entrée libre sur réservation au 01 40 42 35 35

L’exposition va bientôt être visible en version virtuelle …
Le Curieux ne manquera pas de vous en informer!

GEORGES ROUAULT

Georges Rouault dans son atelier.
Photo: Fondation G.Rouault (c) YC

Célébrant cette année le 150e anniversaire du peintre français Georges Rouault (Paris 1871/Paris 1958), la Galerie Taménaga lui consacre une exposition majeure rassemblant plus d’une centaine d’œuvres de l’artiste, certaines venues de collections privées et d’autre prêtées par la « Fondation Georges Rouault ».
Artiste inclassable dans l’histoire de l’art, il serait un raccourci facile de le définir comme peintre religieux. Tantôt assimilé au Fauvisme, ou encore à l’Expressionnisme, son œuvre transgresse les usages et les lois de la peinture dans une profusion de couleurs et une véritable exaltation de la matière. L’artiste, certes engagé dans la religion chrétienne, a pourtant conquis le cœur des Taménaga (propriétaires de la Galerie) et plus généralement celui des Japonais, dont le pays connaît pourtant une nette prédominance des philosophies shintoïste et bouddhiste.

N’hésitez pas à pousser la porte de cette très belle galerie pour plonger dans l’atmosphère particulière de ce peintre!

Galerie Taménaga Exposition Georges Rouault
Photos: (c) Galerie Taménaga

Né sous les bombardements le 27 mai 1871 durant la Commune de Paris, Georges Rouault passe son enfance dans les vieux quartiers populaires de Belleville.
Fils d’un ouvrier ébéniste, vernisseur de pianos chez Pleyel, il apprend l’amour de la belle matière. À 14 ans, il quitte son faubourg pour devenir apprenti chez un peintre verrier. Initié tôt aux œuvres de Courbet, Manet, Forain et Daumier par son grand-père maternel, il développe peu à peu une passion pour la peinture qui le conduira à s’y consacrer totalement. 

En pratique:

La Galerie Taménaga se trouve : 18 avenue Matignon 75008 Paris
(Métro: Franklin Roosevelt)

Entrée libre jusqu’au 30 décembre 2021,
du mardi au samedi de 10h à 19h.